Badminton : la France en finale !

lundi 10 avril 2017







             
Championnats d'Europe Junior

7 - 16 Avril, Mulhouse (France)

--

C’est fait, la France est en finale de ses championnats d’Europe Junior à domicile ! Après avoir facilement battu la République Tchèque un peu plus tôt dans la journée, les Français se sont hissés en finale en s’imposant face à l’Angleterre, et avec la manière : 3 rencontres à 0 !
La fraicheur était du côté des Français ce soir, dans une salle comble acquise à leur cause. A la lutte avec l’Allemagne un peu plus tôt dans la journée pour la place dans cette demi-finale, les Anglais y ont certainement laissé des plumes. L’équipe de France, plus inspirée et plus en confiance a ainsi su exploiter les failles de nos voisins pour se qualifier pour la finale de la compétition à domicile. D’entrée Thom Gicquel et Delphine Delrue ont su imposer leur rythme face à la paire anglaise Callum Hemming/Fee Teng Liew. Les médaillés de bronze des derniers championnats de France senior se sont imposés en deux sets 21/15 21/18. Toma Junior Popov n’a pour l’instant pas perdu de set lors de ses matchs en simple. Cette fois, c’est David Jones qui en a fait les frais, battu 21/11 21/14. Pour le troisième match de cette rencontre, Yaëlle Hoyaux avait la possibilité d’offrir à la France sa deuxième finale dans un championnat d’Europe Junior, après la génération précédente. C’est chose faite puisqu’elle est parvenue à disposer d’Abigail Holden en deux sets également 21/19 21/21.

Demain, les Français rencontreront les Russes pour aller décrocher l’or, chose que la génération précédente n’était pas parvenu à faire. Ils avaient alors été battu par les Danois en finale 3-0. Rendez-vous demain à 10h pour cette finale tant attendue

Toma Junior Popov : "On est vraiment content de ce qu’on a réalisé aujourd’hui : deux fois 3-0, on ne pouvait pas rêver mieux. Mais je pense que sans les supporters ça n’aurait pas été si facile et plaisant à jouer, donc merci à eux. On est en France, à domicile. Demain, on espère gagner 3-0 également. Comme on dit, « jamais deux sans trois » !"

Thom Gicquel : "Je suis super content, on a super bien joué. Gagner 3-0 contre les Anglais, ça fait plaisir. Demain, le plus gros du travail nous attend : battre les Russes ou les Danois. Je pense qu’on est prêts, c’était notre plus gros objectif donc on va être prêts pour ça. Avec Delphine, ça s’est bien passé. On a bien géré le premier set, on leur a bien mis la pression. Au deuxième, on a eu plus de mal, mais on a réussi à rester concentrés et solides mentalement. C’était difficile mais on a maintenu la pression à la fin."
Christophe Jeanjean : "On ne va pas faire la fine bouche ce soir. Gagner deux fois trois-zéro c'est vraiment le scénario idéal. Il faut féliciter les joueurs, ils ont été super solides aujourd'hui. Non seulement ils s'offrent la finale, le match pour lequel ils ont l'objectif de gagner, mais joueur une finale chez soi, c'est fantastique. Maintenant une finale, ça se gagne. On a mesuré la qualité de ce qu'on a réalisé aujourd’hui, mais ça doit rester une joie mesurée. On doit garder toute notre énergie pour notre objectif final qui est de monter sur la plus haute marche demain. »

La séléction française :

Compétition individuelle


Simple Hommes
Toma Junior POPOV : Badminton Club Fos, comité départemental 13, Ligue PACA
Arnaud MERKLE : Red Star Mulhouse, comité départemental 68, Ligue Grand Est
Léo ROSSI : Badminton Club Antibes, comité départemental 06, Ligue PACA

Simple Dames
Yaëlle HOYAUX : Union Sportive Talence, comité départemental 33, Ligue Nouvelle Aquitaine
Léonice HUET : Cercle Laïque des Tourelles Orléans Badminton, comité 45, Ligue du Centre
Margot LAMBERT : Badminton Club de l’Hermitage et du Tournonais, comité 26-07, Ligue Rhône-Alpes

Double Hommes
Toma Junior POPOV : Badminton Club Fos, comité départemental 13, Ligue PACA/ Thom GICQUEL : Badminton club Guichen Bourg des Comptes, comité départemental 35, Ligue Bretagne
Léo ROSSI : Badminton Club Antibes, comité départemental 06, Ligue PACA / Thomas BAURES : ASPTT Strasbourg, comité départemental 67, Ligue Grand Est.

Double Dames
Delphine DELRUE : Union Sportive Ecouen-Ezanville, comité départemental 95, Ligue Ile de France/ Vimala HERIAU : Racing Club de France, comité départemental 75, Ligue Ile de France
Léonice HUET : Cercle laïque des tourelles Orléans Badminton, comité départemental 45, Ligue Centre-Val de Loire/ Margot LAMBERT : Badminton Club de l'Hermitage et du Tournonais, comité départemental 26- Ligue Auvergne-Rhône- Alpes

Double Mixte
Delphine DELRUE : Union Sportive Ecouen-Ezanville, comité départemental 95, Ligue Ile de France/ Thom GICQUEL : Badminton club Guichen Bourg des Comptes, comité départemental 35, Ligue Bretagne
Vimala HERIAU : Racing Club de France, comité départemental 75, Ligue Ile de France/ Eloi ADAM : Ermont Badminton Club, comité départemental 95, Ligue Ile de France
Juliette MOINARD : Aix Université Badminton Club, comité départemental 13, Ligue PACA / Samy CORVEE : Badminton Associatif Choletais, comité départemental 49, Ligue Pays de la Loire
____________________________________________________________

Compétition par équipes

7 garçons : Eloi ADAM/Thomas BAURES/Samy CORVEE/ Thom GICQUEL/ Arnaud MERKLE/ Léo ROSSI/ Toma Junior POPOV

5 filles : Delphine DELRUE/Vimala HERIAU/ Yaëlle HOYAUX/ Léonice HUET/Margot LAMBERT





Lire la suite - Badminton : la France en finale !

Lyon, à la relance

samedi 8 avril 2017


En 2017, Lyon est l’une des meilleures équipes de ligue 1. Si ce n’est LA meilleure. Dans le jeu, et dans les résultats. Pour autant, les Gones restent plantés à une décevante quatrième place. Loin, très loin derrière l’OGC Nice (13 points) et avec sept points d’avance sur l’Olympique de Marseille.


Ce match nul au goût amer de défaite le week-end dernier à Rennes (1-1) est le symbole d’une équipe lyonnaise en recherche constante de repères, d’ambitions, d’objectifs. Si la langue de bois impose un discours bien calé sur « consolider cette quatrième place », les Rhodaniens aimeraient viser plus haut. En vain. Et l’OM, qu’on ne cesse de critiquer depuis des semaines voire des mois, n’est pas si loin derrière.

L’adversaire merlus
Face à des Lyonnais en quête de confiance à l’aube d’un important quart de finale d’Europa League (jeudi face au Besiktas), se dressent des Lorientais et leur besoin vital de points.
Depuis le week-end dernier, les bretons ne sont plus lanterne rouge de ligue 1. Une première depuis la 9ème journée ! Mais à Lorient, Benjamin Lecomte ramasse autant de ballons dans ses filets, que les pêcheurs de la ville chaque jour ! 61 buts encaissés en trente et une journées. Soit deux buts par match. Inutile de préciser que c’est la pire défense du championnat (cinq buts encaissés de plus que Metz). Avec ça, le parallèle est rapidement fait avec son adversaire : les lyonnais possèdent une puissance offensive de feu, avec 64 buts inscrits. Deuxième meilleure attaque de Ligue 1 derrière les stats insolentes des Monégasques, et devant le PSG et ses 60 pions. Cependant, chose tout aussi rare qu’importante à ne pas oublier : Lorient vient d’enchaîner deux victoires consécutives en championnat. Historique cette saison, et une première depuis février 2016 !

Le Parc OL, forteresse (presque) imprenable
Sur leurs dix derniers matchs à domicile, Lyon, c’est neuf victoires pour une seule défaite (face à Lille 0-1). En face, le F.C. Lorient pointe à une inquiétante 18ème place au classement des équipes à l’extérieur. Ceci expliquant cela, Bwin.fr place les hommes de Jean-Michel Aulas grand favoris, côtés à 1.26. Alors qu’une victoire des Bretons vous rapporterait jusqu’à 10 fois votre mise. Mais le pire ennemi des lyonnais est bien connu. Ce sont les Lyonnais eux-mêmes. Notamment la défense, à l’instar de leurs adversaires du soir. Benjamin Moukandjo ou Majeed Waris pourraient s’en donner à coeur joie face à Diakhaby et Mammana. « Lorient marque au moins un but » est côté à 1,50 par bwin.fr.
Si Lyon veut continuer à rêver de C1, même si cela parait peu probable, Lyon doit gagner. Et l’histoire sait que l’adversaire qui joue sa survie en ligue 1 est difficile à manier. Attaque puissante contre défense affaiblie, un match ouvert en perspective qui, sur le papier, devrait permettre aux lyonnais de retrouver la victoire.
Lire la suite - Lyon, à la relance

Institut Lumière : le boulimique Thierry Frémaux lance un Festival Sport, littérature et cinéma

lundi 23 janvier 2017

             

Les Dieux du stade, 1ère partie : Fête des peuples

de Leni Riefenstahl

LogoSLC17Tout le programme

LENI RIEFENSTAHL
Samedi 28 janvier à 14h45

Présenté par Francis Gabet (CIO), Benoît Heimermann et Thierry Frémaux

Les Jeux Olympiques de Berlin de 1936 filmés par la cinéaste Leni Riefenstahl, sur la commande d’Adolf Hitler…
Jacques Siclier dans Le Monde : « Hitler voulut faire des Jeux Olympiques de Berlin de 1936 une fête pour son prestige personnel, et Leni Riefenstahl fut chargée, avec beaucoup d’argent et de moyens techniques, de faire pour Berlin ce qu’elle avait fait pour Nuremberg (dans Le Triomphe de la volonté, 1934). Dirigeant en souveraine, et d’une main de fer, ses équipes, la cinéaste tourna sous tous les angles, et avec des procédés cinématographiques audacieux pour l’époque, ces fameux J.O. de Berlin. Après des mois de montage, elle put présenter au public Olympia, composé de deux parties. »

Lire aussi :  Préambule : Sport et nazisme par Benoît Heimermann
(Olympia 1. Teil - Fest der Völker, Allemagne, 1938, 2h04, N&B, documentaire, avec Adolf Hitler, Joseph Goebbels, Jesse Owens, Gerhard Stöck…)


Suivi de

Autour des travaux effectués pour le film des Jeux Olympiques 1936 de Leni Riefenstahl (35min)

Le film a été réalisé par l’équipe de Leni Riefenstahl au début 1937 alors qu’elle était à pied d’œuvre sur le montage d’Olympia et qu’il était clair que celui-ci ne serait pas prêt avant l’année suivante. Le film a été projeté en première le 2 juillet 1937 au cinéma “Ciné-Photo-Phono” à Paris en présence de la réalisatrice dans le cadre de l’exposition universelle « Arts et des Techniques appliqués à la Vie moderne ». Le film a été projeté à la Mostra de Venise la même année, mais a ensuite disparu jusqu’à ce que soit retrouvé le négatif, alors coupé en petits fragments, dans les archives de Leni Riefenstahl, et désormais méticuleusement restauré par le CIO.


Lire la suite - Institut Lumière : le boulimique Thierry Frémaux lance un Festival Sport, littérature et cinéma

 
 
 

LYFtv-Sports